Inspiration autour de la magie du Sakura

SONY DSC

Sakura est devenu, avec le temps, un mot familier dans le monde entier, et pour autant  les connait-on vraiment? Découvrez son histoire ainsi que les nouveaux thés inspirés par son parfum doux et délicat.

Les sakura désignent à la fois les cerisiers ornementaux du Japon (dont Prunus serrulata) et leurs fleurs. La cerise, quand à elle vient d’une autre espèce de Prunus.
Il existe environ 600 variétés de sakura se différenciant par le nombre de pétales, la couleur des fleurs et la période de floraison. La couleur des fleurs va du blanc au rouge foncé en passant par toutes les nuances du rose pâle.
Le cerisier blanc légèrement rosé dont les fleurs s’ornent de cinq pétales, somei yoshino, est le plus répandu et le plus apprécié des Japonais.

Floraison.

Leur floraison, au printemps, est célébrée à travers tout l’archipel (on appelle cela hanami ou ohanami) et offre des paysages absolument superbes.
On distingue deux étapes : l’éclosion « kaika », et la pleine floraison « mankai », celle tant attendue.

dsc09682.jpg

Les sakura fleurissent selon les régions du Japon. La majorité des arbres en fleurs s’admirent entre fin mars et surtout mi-avril chaque année, pour beaucoup des régions touristiques du Japon. Toutefois, cela commence dès fin janvier à Okinawa qui bénéficie d’un climat plus tropical, et les dernières floraisons s’apprécient dans le nord jusqu’au  mois de mai, au nord de Honshu et sur l’île d’Hokkaido où la météo est la plus fraîche.

La pleine floraison, appelée 満開 mankai, ne dure ainsi que quelques jours. Au cours de celle-ci, certains lieux les plus courus des touristes proposent 夜桜 yozakura (ou light-up) : un éclairage des arbres le soir dès la nuit tombée pour les apprécier.

dsc09595.jpg

Lorsque les pétales commencent à se détacher des branches de cerisiers, cela crée une impression de « tempête de neige », on parle  alors de 花吹雪 hanafubuki ou de 桜吹雪 sakurafubuki.

Une fois la floraison terminée, les intempéries ayant balayé les fleurs, les cerisiers laissent éclater le vert puissant de leurs feuilles ; on les appelle alors 葉桜 hazakura (« cerisiers en feuilles »).

Symbolique.

Le caractère transitoire et éphémère de la floraison du sakura est utilisé depuis des siècles comme métaphore afin de souligner le caractère éphémère de la beauté mais aussi de la vie. Le sakura sert ainsi à expliquer l’important concept esthétique japonais qu’est le mono no aware (ce dernier pouvant se traduire par « la sensibilité pour l’éphémère »).

SONY DSC

Hanami.

La saison du hanami est l’une des périodes de l’année les plus attendues des Japonais.
Le hanami, en japonais “regarder les fleurs”, est une « tradition » nationale d’apprécier la beauté des cerisiers en fleurs.

La pratique du hanami est vieille de plusieurs siècles, elle aurait commencé durant la période Nara (710-784) à l’époque où la dynastie chinoise Tang a fortement influencé le Japon, en apportant, entre autres, la coutume d’apprécier les fleurs. Cependant, il s’agissait des fleurs d’ume (abricotier du Japon) que les gens admiraient à cette époque, et ce n’est que durant la période Heian que les sakura ont commencé à attirer plus d’attention.

SONY DSC

L’empereur Saga, qui a donné son nom à la région de Sagano, et qui vécut à la période Heian, a adapté cette coutume et en a fait des fêtes de « contemplation des fleurs » accompagnées de saké et de mets variés, sous les branches des cerisiers en fleur dans la cour impériale à Kyōto. Des poésies étaient écrites, louant la délicatesse des fleurs, qui étaient vues comme une métaphore de la vie elle-même, lumineuse et belle, mais passagère et éphémère. Ceci serait le début de la coutume des hanami.

SONY DSC

De nos jours, la coutume existe toujours. Durant la période de floraison des cerisiers, les Japonais partent pique-niquer en famille ou entre amis sous ces arbres. Les moments les plus appréciés sont l’apparition des premières fleurs (開花, kaika) que guettent les photographes et la période de pic de floraison (満開, mankai).

SONY DSC

Tout savoir sur le Hanami et les périodes pour organiser votre voyage : France Japon

Nos thés inspirés du Sakura

THÉ OOLONG – WEEK-END À PARIS

Week-end à Paris
La fraîcheur végétale d’un Oolong faiblement oxydé accorde ses notes fleuries et fruitées à un bouquet d’arômes réunissant la délicatesse des fleurs de sakura et de pêcher, à celle de l’amande et de la rose dans un mélange tout en finesse et subtilité.
Note dominante : Notes Fleuries

Type d’infusion : Oolong
Saveur principale : Fleur de cerisier
Saveur(s) complémentaire(s) : Fleur de pêcher, Amande, Rose

Suggestion de préparation
Infusion : 4/5 min
Température : 90°C

THÉ VERT – PRINTEMPS ÉTERNEL

Printemps EternelOriginal et aromatique, ce mélange parfumé combine dans un tourbillon de saveurs, un thé vert à des notes fleuries, gourmandes et épicées.

Note dominante : Notes Gourmandes
Note(s) secondaire(s) : Notes Fleuries
Type d’infusion : Thé vert
Saveur principale : Amande
Saveur(s) complémentaire(s) : Fleur de cerisier, Héliotrope, Bergamote, Poivre, Rose

Suggestion de préparation
Infusion : 3/4 min
Température : 90°C

Logo2

Lammele (Agneau Pascal), une tradition alsacienne.

 

Osterlammele

Le weekend de Pâques approchant nous souhaitions vous faire découvrir une tradition alsacienne, Le Lammele (Osterlammele, agneau Pascal).

A Pâques, il est de tradition en Alsace de confectionner pour les enfants, le Lammele, biscuit qui à la forme d’un agneau. Pâte à biscuit de type génoise, celle-ci prend sa forme, traditionnellement, dans un moule en terre cuite vernissé.

D’où vient cette tradition ?

La tradition du Lammele est liée au christianisme. La fête de Pâques est destinée à rappeler le souvenir de la résurrection du Christ.

Dans les temps anciens, les chrétiens partageaient alors un agneau au repas. La tradition du Lammele est plus récente puisqu’elle daterait du 16ème siècle. Autrefois, lors du carême (période de jeûne d’une quarantaine de jours avant Pâques), les fidèles ne mangeaient pas d’œufs à cette période. Les ménagères et boulangers devaient utiliser la grande quantité d’oeufs accumulés lors de cette période. Ils le faisaient notamment en réalisant et en offrant des Lammele. Les oeufs restant quand à eux étaient souvent décorés.

Si vous avez l’occasion de visiter Strasbourg rendez-vous au Musée Alsacien, vous pourrez y voir de très jolies moules anciens en terre cuite ainsi que des ustensiles de cuisine.

Des idées recettes pour un goûter gourmand.

La recette du blog de la Cuisine d’Adeline : Lammele
Celle de recettes-alsace Lammele
Celles de l’Heure du Cream : Lammele aux zestes de clémentines et Lammele aux amandes
Idéal avec notre Easter Tea, il fera le bonheur des petits et des grands lors d’un petit déjeuner ou d’un goûter.

 

Logo2